top of page

Les bonnes astuces pour changer son bébé

Le temps du change, un moment d’échange, où chacun peut participer !


Vous le savez, chez Palpite, les histoires de fesses pas propres, on prend ça très au sérieux. Oui, pour les 2190 couches pleines qu'on change par an sur une seule paire de fesses, on a conçu le tapis à langer Nazaré. Celui qu'on emporte à chaque balade, chaque goûter au parc ou chaque virée à la campagne, histoire de changer son bébé partout avec un max de confort.

Parce que c'est justement un sujet très important dans la vie de parent, on a demandé à Camille Renon, Accompagnante Périnatale CeFAP®️ à Bordeaux, de nous en dire plus sur le temps du change et de nous partager toutes les bonnes astuces et pratiques !






Le temps du change, un moment d'hygiène mais pas que


Le temps du change est avant tout un moment d’hygiène mais il peut aussi être une belle occasion d’être en interaction avec votre bébé. En effet, votre bébé et vous, êtes face à face. Ainsi, vous pouvez établir un contact visuel, entrer en relation par le toucher mais aussi être en lien par la parole. En vous adressant à votre bébé verbalement en lui indiquant ce qu’il va se passer, en nommant les étapes et les différentes parties de son corps que vous touchez et qui entrent en mouvement, vous lui permettez ainsi de se sentir reconnu en tant que personne et surtout inclus dans un moment qui le concerne plus que tout ! Le fait de le regarder lui fera davantage prendre conscience que c’est bien à lui que vos mots sont destinés et à travers votre regard englobant, en l’observant dans son entièreté, il se sentira ainsi contenu, enveloppé et rassemblé.

Poser des mots sur les différentes parties de son corps participe aussi à l’intégration pour votre bébé de son schéma corporel. Il peut aussi y associer les mouvements qu’il est capable d’effectuer avec ces différents membres.



Les meilleures pratiques pour changer son bébé

Il arrive que certains mouvements que l’on réalise lors du change, puissent provoquer un sentiment d’impuissance chez son bébé car il ne sera pas en capacité de les reproduire par lui-même et il pourra alors se sentir démuni puisque totalement passif. En effet, le fait de soulever le bébé en le tirant par les 2 pieds, pour glisser la couche, le nettoyer... n’invite pas le bébé à participer. Or, dès son plus jeune âge, même s’il n’en a pas encore la capacité musculaire, vous pouvez l’accompagner pour devenir plus actif dans les moments de change !

Si vous souhaitez changer la couche de votre bébé, afin de retirer la partie située sous son bassin, vous pouvez relever ses deux jambes puis maintenir ses deux pieds avec une seule main tout en amenant ses jambes à se replier sur son ventre. Il pourra alors éventuellement effectuer une petite poussée avec ses pieds sur votre main et donc participer musculairement. En effectuant une petite bascule sur le côté, vous pouvez alors en profiter pour retirer la couche avec votre main libre. Enfin, en le ramenant sur le dos dans cette position, vous pouvez prendre le temps de l’essuyer avec une lingette en coton lavable.



Une fois propre, vous pourrez amener votre bébé à se tourner sur un côté afin de glisser derrière lui la couche. Puis, en le tournant de l’autre côté, vous pourrez attraper l’autre bout de la couche et lui attacher. Cela fonctionne aussi pour lui enfiler un gilet.

Les mouvements de retournement du dos sur le côté, du dos sur le ventre, du ventre sur le dos prennent naturellement leur origine au niveau du bassin, impulsés par un mouvement de rotation de l’une des jambes. C’est donc en plaçant votre main au niveau de son bassin (4 doigts devant et le pouce derrière) et en effectuant une rotation sur le côté, que le bébé peut tourner. Il pourra ainsi sentir dans son corps ce qui se joue et sera plus à même de participer par la suite.




Concernant le haut du corps du bébé, si on veut le placer en position assise pour lui enfiler un vêtement passant par la tête, le fait de le relever en le maintenant au niveau du dos, les mains sous ses aisselles, ne lui permet pas de solliciter ses propres muscles. D’autant que ce n’est pas le mouvement qu’il effectuera lui-même pour se mettre assis. Il sera alors préférable de placer une main au niveau du bassin et l’autre sous son épaule, les doigts au niveau de sa nuque et de le faire basculer sur le côté pour ensuite le verticaliser. Pour le reposer, il suffira de refaire le même trajet en sens inverse. C’est ce chemin qu’il empruntera lui-même quand ses muscles le lui permettront.




Ces mouvements permettent de respecter la physiologie du bébé et l’invitent à être acteur dans ce moment d’hygiène.

Comme dans toutes invitations, les mouvements que vous réalisez sont une proposition pour que le bébé participe, il s’en saisira ou non !

Il est possible que ces adaptations rallongent un peu le temps du change au début mais ensuite cela deviendra comme une habitude pour vous et votre bébé.

Et puis quoi de mieux que de prendre son temps ? Votre bébé sentira ainsi que vous êtes apaisé et que vous partagez pleinement cet instant avec lui. Cela lui permettra alors de vivre le change comme un moment de détente et de jeu en votre compagnie. D’autant que vous pouvez aussi en profiter pour câliner votre bébé, le masser et lui procurer ainsi des sensations de plaisir.

Il peut arriver parfois que les matelas dédiés au change, du fait de leurs rebords épais, limitent un peu les retournements. Dans ce cas, préférez un tapis à langer nomade ! Vous pourrez vivre ces moments de change, à la maison sur le canapé ou le lit, mais aussi pratiquer cette routine n'importe où, que ce soit chez des amis pas équipés ou en balade !


Retrouvez Camille Renon, Accompagnante Périnatale certifiée par l’école du CeFAP, à Bordeaux, pour vous accompagner dans toutes les situations qui concernent la périnatalité, y compris les fausses couches et les avortements : site web

Comments


bottom of page